Après vingt jours de soins à l’hôpital Saint-Éloi de Montpellier, ce patient évacué de son domicile de Perpignan à l’aide d’une grue a rejoint, ce mardi 22 décembre, la clinique de Bondigoux en Haute-Garonne.

Après vingt jours de soins à l’hôpital Saint-Éloi de Montpellier, ce patient évacué de son domicile de Perpignan à l’aide d’une grue a rejoint, ce mardi 22 décembre, la clinique de Bondigoux en Haute-Garonne.

Alain P. retrouve petit à petit le sourire. Rasé de près, le cheveu coupé, la voix encore marquée par les douloureuses épreuves qu’il a endurées dans son appartement de Perpignan, il vient de passer vingt jours à l’hôpital de Saint-Eloi, à Montpellier.
Depuis le 1er décembre dernier, une équipe dédiée de professionnels de santé s’occupe de ce patient en obésité massive. A son chevet, elle lui a prodigué tous les soins nécessaires pour lui permettre de récupérer physiquement et moralement. « Tout le personnel s’est très bien occupé de moi. J’ai subi de nombreux examens médicaux. Ce n’est pas facile pour moi de bouger, mais pour les médecins et les infirmières, c’est encore plus dur. Ils sont très attentionnés et grâce à eux je vais mieux », a confié Alain P. à la Ligue contre l’obésité venue lui rendre visite, lundi soir, avant qu’il ne quitte Montpellier pour Toulouse, ce mardi matin, dans une ambulance du Samu.
En l’espace de trois semaines, l’état de santé général d’Alain P. s’est amélioré. Lui qui pesait 280 kilos le jour de son admission dans le service de chirurgie digestive du professeur David Nocca a déjà perdu 40 kilos. Une première étape essentielle qui permet à Alain P. de poursuivre le chemin de son long rétablissement qui se déroule à présent en Haute-Garonne.



Cloué au sol pendant de longs mois

Accueilli en fin début d’après-midi dans la clinique médicale de Bondigoux, spécialisée dans le traitement de l’obésité, Alain. P devrait y séjourner plusieurs mois, le temps de suivre un protocole précis qui repose sur une approche médicale, physique, diététique et psychologique. Des soins ciblé doublés d’un travail de réadaptation qui, espère-t-il, lui permettront de « retrouver une vie normale ».
Une existence normale brutalement stoppée lorsqu’il a chuté dans son appartement du quartier Saint-Jacques de Perpignan alors qu’il pesait environ 160 kilos. Ne pouvant se relever en raison d’une forte douleur à la jambe gauche, Alain P. est resté cloué au sol pendant de longs mois dans une indifférence quasi-générale.



Une plainte déposée par la Ligue contre l’obésité

Uniquement aidé par son frère durant cette longue période de souffrance, ne recevant aucun soin médicaux, ce patient en obésité massive a pu être finalement évacué début décembre. Spectaculaire et très médiatisée, cette exfiltration a nécessité l’intervention d’une grue et de gros moyens de secours jusqu’à son transfert à Montpellier.
Le déclenchement de ce dispositif, reporté à deux reprises par la préfecture des Pyrénées-Orientales, a fait suite à la mobilisation de Me Jean Codognès, l’avocat d’Alain P. et de la Ligue contre l’obésité qui, après avoir alerté Premier ministre, ainsi que les ministres de l’Intérieur et de la Santé, ont déposé plainte contre X auprès du parquet de Perpignan le 30 octobre 2020 pour « non-assistance à personne en danger et omission de porter secours à une personne en péril ». La procédure court toujours.


Philippe PALAT

Pour en savoir plus : cliquez ici et ici