Première mondiale : l’étude Coronado, menée par le CHU de Nantes sur près de 3 000 patients, vient de donner ses premiers résultats. Elle établit que les personnes diabétiques ont un risque aggravé quand elles sont âgées et en surpoids. En revanche, les traitements du diabète n’ont pas d’influence sur le pronostic.

Première mondiale : l’étude Coronado, menée par le CHU de Nantes sur près de 3 000 patients, vient de donner ses premiers résultats. Elle établit que les personnes diabétiques ont un risque aggravé quand elles sont âgées et en surpoids. En revanche, les traitements du diabète n’ont pas d’influence sur le pronostic.

C’est une grande première que viennent de réaliser les professeurs Bertrand Cariou et Samy Hadjadj, diabétologues au sein de l’Institut du thorax. L’étude Coronado qu’ils ont menée au sein du CHU de Nantes dresse un tableau des patients diabétiques hospitalisés pour infection au nouveau coronavirus.
Considérant qu’il était établi que les patients diabétiques constituent des personnes à risque de développer une forme grave d’infection par le Sars-CoV-2, cette analyse avait pour objectif de décrire les caractéristiques des patients diabétiques hospitalisés pour cause de Covid-19 afin d’améliorer leur prise en charge.
Si l’âge avancé des patients et leur corpulence sont considérés comme facteurs de risque de forme sévère de Covid-19, les premières données montrent que l’IMC apparaît comme un facteur prédictif indépendant de gravité de l’infection.



68 centres de diabétologie mobilisés

Nommée Coronado, cette étude – soutenue par la Société francophone du diabète (SFD), la Fédération française des diabétiques (FFD) et la Fondation francophone pour la recherche sur le diabète (FFRD) – constitue une véritable réussite organisationnelle puisqu’elle a pu être montée en deux semaines, à partir d’un réseau rassemblant 68 centres de diabétologie, publics et privés, en métropole et en outre-mer. Au total, les dossiers médicaux de près de 3 000 patients diabétiques ont été inclus dans le dispositif d’analyse.
Les premiers résultats, qui viennent d’être publiés dans la revue Diabetologia, concernent des participants pris en charge entre le 10 mars et le 31 mars, soit 1 317 sujets analysables. Les prochains résultats sont attendus pour début juin.



Profil : un homme corpulent âgé de 70 ans

Première conclusion de cette étude observation elle : l’âge moyen des patients diabétiques hospitalisés était de 70 ans. Il s’agit d’hommes dans une grande majorité des cas (65%), qui présentent un diabète de type 2 à 89% des cas ; le diabète de type 1 ne représentant que 3% des situations.
Dans certains cas, mais de façon très rare, le diabète a été découvert au moment de l’hospitalisation (3%). 47% des sujets de l’étude présentaient des complications microvasculaires (oeil, rein et nerfs) ; et 41% des complications macrovasculaires (coronaropathie, artériopathie des membres inférieurs).
Concernant l’évolution du Covid, les auteurs de l’étude ont mis en évidence que le risque d’intubation dans les sept jours suivant l’admission à l’hôpital, chez un patient diabétique était de 20,3%. Les décès atteignent 10,6%, tandis que 18% ont pu regagner leur domicile.



L’IMC associé à la survenue du critère principal

Concernant les facteurs de risque présents avant l’hospitalisation, seul l’IMC était associé à la survenue du critère principal. En revanche, le contrôle glycémique chronique n’avait pas d’impact sur la gravité immédiate du Covid. En effet, pour les auteurs de l’étude, l’insuline, comme les autres traitements du diabète, n’apparaît pas comme un facteur de risque de forme sévère.
Cette étude, première du genre, pourrait aussi s’étendre à plusieurs pays de la francophonie.

Pour en savoir plus : cliquez ici et ici