Alors que la pandémie de Covid-19 sévit à nouveau durement en France, Emmanuel Macron sera interviewé sur TF1 et France 2 ce mercredi soir à partir de 20 heures. Il devrait annoncer une série de mesures plus contraignantes. Le chef de l’Etat délivrera-t-il un message de prévention pour les personnes souffrant d’obésité, et plus largement pour les personnes les plus vulnérables ?

Alors que la pandémie de Covid-19 sévit à nouveau durement en France, Emmanuel Macron sera interviewé sur TF1 et France 2 ce mercredi soir à partir de 20 heures. Il devrait annoncer une série de mesures plus contraignantes. Le chef de l’Etat délivrera-t-il un message de prévention pour les personnes souffrant d’obésité, et plus largement pour les personnes les plus vulnérables ?

Emmanuel Macron va-t-il s’engager à protéger les personnes vulnérables face à la Covid-19 ? Pour sa première longue intervention sur la crise sanitaire depuis le 14 juillet, le président de la République s’exprimera ce mercredi soir à partir de 20 heures. Il répondra aux questions des journalistes de TF1 et de France 2.
S’il est certain que le Président de la République devrait annoncer plusieurs mesures pour tenter d’endiguer la pandémie de Covid-19 qui déferle à nouveau sur la France, on ignore encore s’il évoquera la situation des personnes les plus fragiles face au coronavirus. Un sujet sensible pour toutes les personnes vulnérables que le chef de l’Etat avait abordé en début d’intervention lors de sa toute première allocution télévisée le jeudi 12 mars 2020. Ce soir-là, alors qu’il annonçait le confinement du pays, le Président de la République a déclaré que « plusieurs populations fragilisées pouvaient connaître des formes sévères du Covid-19 » et que « celles et ceux de nos compatriotes qui sont âgés ou affectés par des maladies chroniques comme le diabète, l’obésité ou le cancer » devaient être protégés en priorité.



Le décret du 5 mai protégeait les plus vulnérables

Quelques semaines après cette déclaration, et sur la foi des recommandations du Haut conseil de la santé publique (HSCP), le gouvernement avait pris un décret le 5 mai qui, dans la foulée du déconfinement, assurait la protection des salariés en situation d’obésité, mais également des employés atteints d’autres maladies chroniques.
Ce décret protégeait notamment les personnes les plus fragiles en leur accordant, en cas de demande de l’employé vulnérable qui se retrouverait dans l’impossibilité de télétravailler, un certificat d’isolement et l’accès au dispositif d’indemnisation dérogatoire en cas d’arrêt de travail.



La décision du 29 août attaquée devant le Conseil d’Etat

Problème : un décret pris en catimini le 29 août est venu abroger celui du 5 mai. Ce nouveau décret raye d’un trait de plume une très grande partie des personnes les plus fragiles (cliquez ici). « Ceux qui étaient vulnérables hier sont sacrifiables aujourd’hui, s’insurge Agnès Maurin, directrice générale de la Ligue contre l’obésité. Depuis le 29 août 2020, les personnes souffrant d’obésité ou d’autres maladies chroniques sont exclues de la liste des personnes considérées comme les plus vulnérables face à la Covid-19. C’est une situation inacceptable pour nous. Nous avons d’ailleurs attaqué ce décret devant le Conseil d’Etat pour réclamer son annulation et nous attendons sa décision. » (cliquez ici)
Outre la signature d’une pétition sur Change.org qui a récolté près de 38 000 soutiens, la Ligue contre l’obésité a co-signé, comme 50 autres associations et collectifs, la tribune publiée sur le site du Parisien « N’oublions pas les travailleurs vulnérables… » (cliquez ici)



Le monde médical ne cesse de réclamer des précautions

Au moment où le virus se déploie à nouveau et que le nombre des hospitalisations s’emballe, le Président de la République Emmanuel Macron aura-t-il une attention toute particulière pour les personnes les plus à risques de contracter une forme grave de la Covid-19 ?
Le chef de l’Etat va-t-il prendre des mesures efficaces pour éviter que les salariés les plus fragiles ne soient à nouveau dangereusement exposés sur leur lieu de travail ou dans les transports en commun ? Va-t-il protéger les familles de ces personnes à risques ? Le monde médical ne cesse de réclamer des précautions (cliquez ici).



« Cette population a déjà payé un lourd tribut à la Covid-19 »

Par voie de communiqué de presse (cliquez ici), la Ligue contre l’obésité a décidé d’alerter le chef de l’Etat sur les risques graves encourus par les personnes les plus fragiles. « Nous lui demandons de revenir aux dispositions du décret pris par le gouvernement le 5 mai 2020 qui assurait une plus grande protection de cette population, poursuit Agnès Maurin. Cette population a déjà payé un très lourd tribut à la pandémie si on en juge par les chiffres des hospitalisations en soins intensifs et de la mortalité qui ont été relevés par les études médicales et scientifiques, françaises ou internationales. Toutes ces analyses reconnaissent que l’obésité, indépendamment de l’âge ou d’autres comorbidités, constitue l’un des facteurs majeurs, sinon le plus grave, de contracter une forme sévère de la Covid-19 » (cliquez ici et ici ).
Sept mois se sont écoulés depuis le début de la pandémie et la Covid-19 tue toujours. « Plus que jamais, le Président de la République doit tenir parole pour protéger les plus vulnérables. C’est nécessaire, vital car il s’agit d’abord d’une protection solidaire et humaniste. », conclut la porte-parole de laLigue contre l’obésité.