Selon des conclusions de l’Université du Maryland School of Medicine, les données de près de 30 000 enfants issus de ménages à faible revenu ont été analysées.

Selon des conclusions de l’Université du Maryland School of Medicine, les données de près de 30 000 enfants issus de ménages à faible revenu ont été analysées. Si l’étude n’a pas trouvé de lien entre insécurité alimentaire et obésité, elle révèle que les enfants peuvent souffrir de retard de développement.

Les jeunes enfants, qui grandissent dans des foyers où l’accès à des aliments nutritifs sont limités (phénomène connu sous le nom d’insécurité alimentaire), sont plus susceptibles d’éprouver une mauvaise santé globale, des hospitalisations et des problèmes de développement, mais pas nécessairement de développer l’obésité. C’est la conclusion de l’étude conduite par l’Université du Maryland School of Medicine (UMSOM) aux EtatsUnis
La recherche, publiée en septembre dans la revue Pediatrics, a examiné l’impact de l’insécurité alimentaire chez les enfants de la naissance à l’âge de 4 ans. Selon le rapport, les taux d’obésité ne différaient généralement pas parmi ceux qui vivaient dans des ménages souffrant d’insécurité alimentaire par rapport à ceux qui avaient accès à des aliments sains. « Nous avons constaté, cependant, que le fait de grandir dans une collectivité à faible revenu – généralement avec un manque d’accès à des épiceries saines, une surabondance de chaînes de restauration rapide et peu d’endroits sûrs pour jouer à l’extérieur – augmentait le risque d’obésité chez les enfants en âge préscolaire », a déclaré Maureen Black, professeure de pédiatrie à l’UMSOM. « C’est assez alarmant et cela indique un problème de santé publique important. »



Mauvaise santé globale et retard au développement

Pour réaliser cette étude, les données de 28 184 enfants de moins de 4 ans ont été analysées. Les sujets étaient principalement issus de ménages à faible revenu de cinq villes américaines qui participent à Children’s HealthWatch, un réseau continu de suivi de santé des enfants. Les recherches ont été menées par des chercheurs en santé qui surveillent la façon dont les difficultés économiques se rapportent au développement sain et à la croissance des enfants.
Les données ont été ensuite stratifiées par âge. Les chercheurs ont constaté que l’insécurité alimentaire n’était pas associée à un risque plus élevé d’obésité, à une exception près. Les enfants âgés de 2 à 3 ans qui vivaient dans des ménages en situation d’insécurité alimentaire avaient un risque accru de 24 % d’obésité par rapport à ceux qui vivaient dans des ménages qui étaient en sécurité alimentaire. Cependant, ceux des ménages les plus pauvres, où les parents et les enfants n’avaient pas accès à une alimentation adéquate, n’ont pas non plus connu de taux d’obésité plus élevés.
Bien que l’étude n’ait pas trouvé de lien entre l’insécurité alimentaire et le risque d’obésité, elle a constaté que l’insécurité alimentaire était associée à des risques considérablement accrus qu’un enfant soit en mauvaise santé et ait un retard de développement, les chances augmentant avec un l’âge de l’enfant jusqu’à l’âge 4 ans.

Pour en savoir plus : cliquez ici.