Le congrès des Idées fortes 2020 qui s’est exceptionnellement déroulé en ligne les 6 et 7 novembre, a permis d’attribuer la Bourse Obesinov à plusieurs associations qui nourrissent de beaux projets. Un coup de pouce financier qui permet à chaque structure de poursuivre et d’intensifier son activité pour le plus grand bénéfice des patients

Le congrès des Idées fortes 2020 qui s’est exceptionnellement déroulé en ligne les 6 et 7 novembre, a permis aux nombreux participants de se rencontrer à distance et d’échanger avec des experts. L’occasion aussi de vivre en direct la Bourse Obesinov remise à plusieurs associations qui nourrissent de beaux projets. Un coup de pouce financier qui permet à chaque structure de poursuivre et d’intensifier son activité pour le plus grand bénéfice des patients.

La crise sanitaire n’a pas vaincu les Idées fortes. Bien au contraire. La preuve par les chiffres : en l‘espace de deux jours, ce sont 264 personnes qui se sont connectées pour vivre en direct le congrès annuel de la Ligue contre l’obésité.
Au cours de nombreuses heures de retransmission, plus de 4 000 messages ont été échangés entre les participants. Des participants très studieux qui ont pu rencontrer à distance la sociologue Solen Carof, ainsi que Jacqueline Bowman-Busato, responsable politique de l’organisation européenne de lutte contre l’obésité (EASO).
L’occasion aussi d’appréhender le sujet de la santé environnementale avec André Cicolella, le président du Réseau Environnement Santé qui s’est prêté au jeu des questions-réponses avec l’animateur de la Ligue et les patients connectés.
Autre moment fort : la projection du film « On achève bien les gros » de Gabrielle Deydier rendue possible grâce à la bienveillance de la maison de production Bangumi et de la chaîne de télévision Arte. Cette projection a été suivie d’une interview préenregistrée de la documentariste. Mais c’était sans compter sur la bonne surprise des Idées fortes puisqu’au dernier moment Gabrielle Deydier a rejoint le direct pour échanger directement avec les patients. Une intervention très appréciée qui a conclu les deux jours du congrès.



Le regard déjà tourné vers la Journée mondiales du 4 mars 2021

Au cours de ces 5èmes rencontres annuelles digitales, d’autres moments de partage ont connu un vrai succès : la séance d’hypnose particulièrement efficace conduite par l’hypnothérapeute Anais Valadon et la séance détente proposée par Arnaud Hernandez, enseignant en activité physique adaptée.
Si un double tirage au sort a permis à douze adhérents des associations de patients de bénéficier d’une cure organisée selon la méthode mise au point par Frédérique Chataigner, les regards se sont aussi tournés vers l’an prochain avec l’organisation, le 4 mars 2021, de la Journée mondiale contre l’obésité.
Plus spécialement chargé de préparer le programme, Mathieu Monier, co-responsable du comité de pilotage du WOD (World Obesity Day) a présenté les grandes lignes de l’événement et évoqué les initiatives qui devraient ponctuées cette journée. L’occasion pour Agnès Maurin, la directrice générale de la Ligue contre l’obésité, de rappeler que « la mobilisation de toutes et de tous est nécessaire. La Journée mondiale contre l’obésité va être un temps fort. Cela ne sera une réussite que si vous êtes tous là », a-t-elle souligné.



La Bourse Obésinov soutenue par l’entreprise de Thierry Beauquesne

Les Idées fortes, c’est aussi l’occasion de mettre les associations de patients les plus actives sur l’élevant de la scène. Malgré le recul économique auquel sont confrontées toutes les associations et entreprises, la Ligue contre l’obésité et la société Obesinov a tenu à continuer à encourager toutes les acteurs qui, sur le terrain, multiplient les projets et à concrétiser les bonnes idées.
La tradition a été donc été respectée et la Ligue contre l’obésité a décerné la Bourse Obésinov grâce au soutien de l’entreprise montpelliéraine dirigée par Thierry Beauquesne.
Cette Bourse Obesinov, qui constitue un coup de pouce financier aux associations, a permis de féliciter et rendre hommage au travail de vingt structures reparties sur le territoire national. Des associations, dont l’énergie et l’enthousiasme pour les patients ne sont plus à démontrer, et qui ont découvert le palmarès 2020-2021 en direct.

Voici le palmarès 2020-2021 :

OLA (Assocation Obésité Loire-Atlantique) à Saint-Nazaire en Loire-Atlantique : atelier de cuisine pédagogique en présence d’une diététicienne, préparer et partager des repas en pleine conscience.

Elisea (Association de patients dans un parcours de soins en chirurgie de l’obésité) au Pirey dans le Doubs : préparation de la Journée mondiale contre l’obésité avec un atelier « Une volonté, bien dans sa tête »

Némo (Némo Nîmes Obésité) à Nîmes dans le Gard : mise en place d’une plateforme de soutien, d’entraide et de conseils avec des ateliers en visio « Seul non, ensemble oui ».

Lyon Info Obésité à Francheville dans le Rhône : lutter contre la grossophobie ambiante et monter des ateliers pour valoriser le corps à travers un programme « Confiance et beauté ».

La Terre est ronde ! à Arras dans le Pas-de-Calais : travail autour de la communication, préparation d’un défilé grande taille « So chic » dans le cadre du Salon santé et bien-être d’Arras

SOS Obésité 41 à Vendôme dans le Loir-et-Cher : atelier Informer et valoriser dans le cadre de la Journée vendômoise de l’obésité

Poids formes bien-être à La Membrolle-sur-Choisille dans l’Indre-et-Loire : ateliers culinaires collectifs pour bien gérer tous les aspects de la diététique

Le poids des mots à Saint-Louis à La Réunion : découvrir de nouvelles pratiques sportives à travers un voyage d’échange sportif et culturel qui permet de réserver le lien social entre les licenciés.

Chrysalides à Dax dans les Landes : cours collectifs de nutrithérapie pour permettre de mieux appréhender leur rapport à la cuisine et à la nourriture en général, en découvrant une nouvelle approche.

Asapes19 (Aide et soutien aux personnes en surpoids) à Tulle en Corrèze : pérennisation des cours de yoga, permettre un mieux être physique, un mieux être psychique

Sleeve et moi (Association d’aide et de l’écoute aux opérés et futurs opérés de la chirurgie bariatrique) à Milhaud dans le Gard : aquabike pour aider les personnes en surpoids ou post chirurgie bariatrique

Le Cocon (« Un soutien en plus, un poids en moins »), à Cholet dans le Maine-et-Loire : création d’un journal créatif afin de prendre rendez-vous avec soi et de s’exprimer sur divers supports, notamment via un atelier d’un art-thérapeute

OB’in Tours (Association d’entraide et de soutien) à Tours en Indre-et-Loire : cultiver son image pour une meilleure estime de soi, revisiter son apparence corporelle, développer un style d’expression authentique.

Les poupées et poupons russes 41 à Blois dans le Loir-et-Cher : de séances de modélage par les mains magiques de Sonia, intervention d’une socio-esthéticienne pour développer l’estime de soi.

Grossomodo à Beaucaire dans le Gard : ateliers de gymnastique adaptée avec un coach spécialisé afin de bouger, d’entretenir son corps, de s’entraider par les mouvements.

Aseck (Association de soutien, ensemble contre les kilos) à Saint-Jean-de-Braye dans le Loiret : forum Bien-être mieux être avec aide à la prise de confiance en soi, réflexologie, activité physique adaptée, conseil diététique, art thérapie, etc.

Baria 33 (Association d’opérés et non-opérés de la chirurgie bariatrique en Gironde) à Vayres en Gironde : le bien-être par le sport adapté, notammant la marche nordique et la thérapie de l’âme.

Néo (Nouvel espoir contre l’obésité) à Saint-Herblain en Loire-Atlantique : « Jouer c’est gagner » avec des séances d’activité physique adaptée pour allier un bien-être physique et mental, la réappropriation du corps et goût de l’effort.

Obésité Nice Paca à Nice dans les Alpes-Maritime : ateliers de diététique, ateliers de préparation mentale en phase péri-opératoire et post-opératoire.

Un prix « Coup de coeur Idées fortes 2020 » a été attribué à une association :
Branches Bien-être à Roissy-en-Brie en Seine-et-Marne : les jardins partagés pour cultiver, récolter les légumes issus d’une agriculture éco-responsable, de cuisiner, de créer du lien social.


Philippe PALAT