Athlète de haut niveau, douze fois champion de France du lancer du disque, 4ème performer français au lancer de poids, Jordan Guehaseim prépare les Jeux Olympiques de Tokyo en 2021 et de Paris en 2024. Il a accepté de devenir Ambassadeur de la Ligue contre l’obésité. Merci champion !

Athlète de haut niveau, douze fois champion de France du lancer du disque, 4ème performer français au lancer de poids, Jordan Guehaseim prépare les Jeux Olympiques de Tokyo en 2021 et de Paris en 2024. Il a accepté de devenir Ambassadeur de la Ligue contre l’obésité. Merci champion !

La force tranquille. A 23 ans, l’athlète montpelliérain Jordan Guehaseim affiche un large sourire et une belle sérénité. Il connaît ses points forts et sait ce qu’il lui faut améliorer pour rivaliser avec l’élite mondiale.
Sa spécialité : le lancer du disque. Une galette de 2 kilos de fer et de bois qu’il propulse à plus de 59 mètres. Prochain objectif : les Jeux olympiques de Tokyo, au Japon. « Je m’entraîne quasi quotidiennement au stade Philippidès, à Montpellier, raconte Jordan du haut de ses 1,89 m. Je fais des vidéos, je les analyse, je me corrige et je les envoie à mon ancien entraîneur à Saint-Raphaël pour qu’il me donne son avis. »
Ce travail méthodique et sérieux va de pair avec sa santé. « Il y a six mois, je pesais 164 kilos. Aujourd’hui, mon poids est descendu à 115 kilos. J’ai mieux gérer mon alimentation et l’effort physique m’a permis de perdre en graisse et de gagner en masse musculaire », poursuit Jordan qui a commencé le sport à l’âge de 6 ans. D’abord par le football où il a joué jusqu’au niveau Excellence avant de vouloir se mesurer à sa sœur, championne… du lancer de marteau. « Quand j’ai commencé l’athlétisme, c’est pour me mesurer à elle, pour être meilleur qu’elle ». Un sacré défi quand on sait que Jessika, de huit ans son aînée, a lancé le marteau lors des championnats du monde junior, aux championnats d’Europe des U23 et a remporté le titre lors des Jeux méditerranéens en 2013 en Turquie, avec un jet à 67,14 m.



Un discobole international qui lance aussi le poids

Sans doute cette remarquable trajectoire féminine a-t-elle motivé Jordan qui, très vite, passe d’un entraînement par semaine à deux par jour. A 15 ans, après un démarrage au sein du Montpellier Athletic Méditerranée Métropole, il rejoint le Creps Paca de Saint-Raphaël dans le Var. Puis, il met le cap sur Paris pendant trois ans avant de revenir sur la Côte d’Azur pour parfaire sa technique du lancer.
Depuis le début de sa carrière, le jeune discobole montpelliérain écrit son palmarès en lettres d’or : 12 fois champions de France lors des dernières saisons été et hiver, champion de France élite en Espoir, participation aux Jeux olympiques des jeunes en 2012 après une qualification obtenue à Bakou, en Azerbaïdjan.
En 2013, le jeune international participe aux championnats du monde cadets en Russie. « En junior 1, j’ai longtemps été blessé, mais en junior 2 je suis revenu à mon meilleur niveau et j’ai pu m’aligner aux championnats du monde en Pologne, puis aux Jeux Méditerranéens en 2016 à Tarragone », enchaîne Jordan qui a également obtenu son ticket pour les championnats d’Europe Espoirs en Suède en 2019.
Cette année-là, il a aussi prouvé ses qualités en tant que lanceur de poids puisqu’avec un jet de 17,19 m, il a décroché la médaille de bronze lors des championnats de Méditerranée en salle des moins de 23 ans à Miramas.



« C’est une maladie et ses causes sont inconnues »

« En ce moment, je m’entraîne à Montpellier, en même temps que les décathloniens, dont le recordman du monde Kevin Mayer », explique Jordan qui recherche désormais à gagner en puissance. « Mon point fort, c’est le calme et le dynamisme. Comme j’ai acquis une bonne technique, il me faut maintenant gagner en intensité », confirme ce sportif dont la préparation ne néglige aucune facette au plan physique, mental, comme au niveau de l’endurance.
Pour Jordan, actuellement licencié à la Société culturelle omnisports (SCO) Sainte-Marguerite de Marseille , ce défi est essentiel. A 23 ans à peine, il lorgne sur les prochaines compétitions, mais surtout sur une participation aux Jeux olympiques de Tokyo reportés en 2021 pour cause de Covid-19. Un rendez-vous majeur, comme celui de Paris en 2024 , où il ne compte pas faire de la figuration. « C’est forcément le podium en ligne de mire », reconnaît-il sans cacher ses ambitions.
Un sacré challenge pour celui qui a « personnellement connu le surpoids » et qui a décidé de s’engager comme Ambassadeur auprès de la Ligue contre l’obésité. « C’est une maladie et ses causes sont inconnues. La lutte contre l’obésité est une combat qu’il faut mener maintenant. Il faut encourager la recherche et accompagner les personnes qui souffrent d’obésité. Très souvent, ces personnes n’osent pas se montrer et quand elles sortent elles sont stigmatisées. Nous devons aller vers elles pour les aider à remonter la pente et leur permettre de se sentir bien à tous points de vue ». Et qui mieux qu’un athlète de haut niveau, spécialiste des lancers, qui lui aussi a affronté cette pathologie multifactorielle, pour porter haut et loin la voix des victimes de l’obésité.


Merci champion, merci Jordan !