Environ trois quarts des patients de l’hôpital universitaire de Louvain atteints du Covid-19 étaient en surpoids. Selon l’établissement, l’indice de masse corporelle (IMC) atteignait en moyenne de 29, c’est-à-dire juste sous la barre de 30 qui définit l’obésité.

Environ trois quarts des patients de l’hôpital universitaire de Louvain atteints du Covid-19 étaient en surpoids. Selon l’établissement, l’indice de masse corporelle (IMC) atteignait en moyenne de 29, c’est-à-dire juste sous la barre de 30 qui définit l’obésité.

La Belgique n’échappe pas à la règle. L’Universitair Ziekenhuis Louvain, plus connue sous le nom de UZ Leuven, vient de révéler que les patients Covid-19 en surpoids se retrouvent plus rapidement dans les unités de soins intensifs et connaissent une évolution plus grave de la maladie. Ce constat se recoupe avec l’analyse de plusieurs hôpitaux belges qui viennent d’aboutir à la même conclusion ces dernières semaines. Selon son propos, l’UZ Leuven estime qu’environ « trois quarts des patients atteints du coronavirus en soins intensifs étaient en surpoids, c’est-à-dire avec un IMC supérieur à 25 ». L’hôpital de Louvain évalue l’IMC moyen de ses patients à 29, juste sous la barre de 30 qui définit l’obésité.



« Un facteur de risque pour une évolution plus grave de la maladie »

Sur 100 patients qui ont transité par les soins intensifs, le CHU de Liège évalue, de son côté à 50% la proportion de personnes atteintes l’obésité. Une proportion qui chute à 20% pour les patients en hospitalisation. Le poids moyen en soins intensifs était de 90 kilos, contre 72 kilos en ambulatoire et 80 en unité d’hospitalisation. « L’obésité est un facteur de risque pour une évolution plus grave de la maladie », confirme l’Institut scientifique de santé publique, Sciensano, qui fait notamment référence à l’étude lilloise (cliquez ici). Une étude autour de 124 patients qui semble avoir déclenché la prise de conscience en France, alors que les chiffres venus de Grande-Bretagne et des Etats-Unis confirmaient déjà la tendance depuis près de trois semaines (cliquez ici). Cette étude lilloise a montré que le risque d’être intubé est 7 fois plus élevé avec un IMC supérieur à 35, par rapport à IMC de 25.



Plus de la moitié des Belges sont en surpoids

Selon l’hôpital de Louvain, les personnes atteintes d’obésité souffrent également d’une fonction pulmonaire diminuée et elles sont plus sensibles au développement de problèmes pulmonaires. « Elles souffrent souvent aussi d’hypertension artérielle, ou de diabète, qui peuvent tous aggraver l’évolution de l’infection », explique Sciensano.
Plus de la moitié (51%) des Belges sont en surpoids, c’est-à-dire avec un indice de masse corporelle supérieur à 25, selon une enquête menée par le bureau d’étude iVOX. Près d’un Belge sur cinq (18%) est atteint d’obésité, soit avec un IMC supérieur à 30.

Pour en savoir plus : Cliquez ici et ici