Invité lundi soir de l’émission Quotidien sur TMC, le professeur Eric Caumes, chef du service des maladies infectieuses de l’hôtel de la Pitié Salpêtrière à Paris, n’a pas mâché ses mots. Pour lui, « l’épimédie est hors de contrôle ». Son message : le virus ne concerne pas que les personnes âgées. Pour lui, il faut protéger les personnes atteintes d’obésité.

Invité lundi soir de l’émission Quotidien sur TMC, le professeur Eric Caumes, chef du service des maladies infectieuses de l’hôtel de la Pitié Salpêtrière à Paris, n’a pas mâché ses mots. Pour lui, « l’épimédie est hors de contrôle ». Son message : le virus ne concerne pas que les personnes âgées. Il faut aussi protéger les personnes atteintes d’obésité.

Malgré son masque, Eric Caumes a su se faire entendre. Et comprendre. Il a clairement dit l’urgence de la situation : « Protéger les personnes obèses ». Chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital la Pitié Salpêtrière à Paris, ce professeur, qui vit la pandémie en direct, publie un ouvrage coup de poing en cette rentrée aussi littéraire que sanitaire. L’occasion de rappeler que, depuis des mois, son service et lui sont en première ligne dans la lutte contre l’épidémie de coronavirus.
Dans son ouvrage intitulé « Urgence sanitaire », il livre une charge violente contre ceux qui sont aux commandes et qui, à l’évidence, gèrent très mal cette pandémie en réduisant par exemple, par un décret daté du 29 août, le nombre critères des personnes vulnérables les excluant du même coup des arrêts dérogatoires avec droit au chômage partiel (cliquez ici). Une hérésie alors même que la Covid-19 n’en finit pas de faire des victimes parmi les patients atteints de maladies graves.



« Il faut se remettre au télétravail »

Sur le plateau de Yann Barthès, le professeur Caumes s’est inquiété de la situation actuelle et de la nouvelle flambée de coronavirus. « Demain, le problème, ce n’est pas uniquement les Covid, ce sont les non-Covid. On va être obligé de déprogrammer des hospitalisations pour des personnes qui ont une pathologies de Monsieur-tout-le-monde, il n’y aura pas de place en hospitalisation, pas de place en réanimation complète… On est déjà obligé de déprogrammer des interventions chirurgicales », a commenté le médecin.
Questionné sur la réaction et les attitudes qu’il convenait d’adopter pour tenter d’échapper à la Covid-19, le professeur Éric Caumes a rappelé qu’il fallait être « d’une rigueur absolue en ce qui concerne les gestes barrières, le port du masque, notamment en intérieur. Il faut se remettre au télétravail dans l’immense majorité des cas (…). Il faut limiter les réunions, ne pas être à plus de six autour d’une table », a indiqué le praticien.



« Le message clé qu’il faut faire passer, c’est protéger les plus fragiles »

« Le message clé qu’il faut faire passer, c’est protéger les plus fragiles. Pour moi, l’épidémie est déjà hors de contrôle », a affirmé le chef du service des maladies infectieuses.
Précisant sa pensée, le professeur Caumes a expliqué que cette pandémie « ne concerne pas que les personnes âgées, mais les personnes qui souffrent de comorbidités, les personnes qui sont obèses… ». Avant de conclure que le reconfinement sera « la seule manière de casser les chaînes de transmission, si on n’arrive pas à être assez vigilants dans notre vie de tous les jours ».

Pour en savoir plus : Cliquez ici