La victimisation sexuelle, qui s’est produite pendant l’enfance et au-delà, est connue pour être un facteur important contribuant au développement de l’obésité à plus ou moins longue échéance. Une étude menée par des universitaires de Hanoï, au Vietnam, confirme l’impact du harcèlement sexuel chez les adolescentes.

La victimisation sexuelle, qui s’est produite pendant l’enfance et au-delà, est connue pour être un facteur important contribuant au développement de l’obésité à plus ou moins longue échéance. Une étude menée par des universitaires de Hanoï, au Vietnam, confirme l’impact du harcèlement sexuel chez les adolescentes.

Les traumatismes de la vie contribuent au développement de l’obésité. C’est ce que vient de réaffirmer une équipe de chercheurs de la faculté de Travail et de la faculté de Biologie de l’Université nationale d’éducation de Hanoï, au Vietnam. Les universitaires se sont notamment attachés à actualiser les informations sur la relation entre le harcèlement sexuel et l’obésité.
Sur la base d’un examen intensif de la littérature scientifique existante, ils ont épluché 106 études qui concernent un total de 141 199 dossiers individuels.
Parmi cette centaine d’études, 52 parlent du lien entre les impacts négatifs à vie et l’obésité et 11 études se concentrent sur le syndrome de stress post-traumatique et les symptômes avec des mécanismes biologiques liés à l’obésité.



Harcèlement sexuel et troubles de l’alimentation excessive

Les universitaires ont également croisé leurs recherches avec 15 études sur la relation entre les principaux symptômes dépressifs et l’obésité, ainsi que 11 études sur le trouble dismorphique du corps.
Pour avoir une idée précise des conséquences entre harcèlement sexuel et obésité, ils ont aussi décrypté 17 études sur le trouble de l’alimentation excessive afin de mieux évaluer l’association de l’obésité et des expériences de vie traumatiques.
Bien que 40 à 70 % de tous les cas liés à l’obésité aient été considérés comme héréditaires, de nombreux experts soutiennent en effet que les écarts dans l’environnement contribuent à une consommation alimentaire excessive et à une activité physique déprimée dans de nombreux pays occidentaux.



« Des troubles mentaux, facteurs contributifs au développement de l’obésité »

Plusieurs études ont identifié que l’abus sexuel pendant l’enfance peut être presque aussi fréquent que l’obésité. Cependant, seulement quelques chercheurs ont pris connaissance du lien possible entre ces deux.
En mentionnant certains troubles psychologiques liés à l’obésité possibles en réponse à l’abus sexuel pédant l’enfance, les chercheurs vietnamiens ont notamment concluent que les victimes d’abus sexuels pendant l’enfance sont souvent liées à de nombreuses séquelles mentales. « Ces troubles mentaux sont des facteurs contributifs au développement de l’obésité chez les victimes plus tard dans la vie », expliquent les auteurs de l’étude.
Les chercheurs encouragent également le principe de recherches rigoureuses sur les impacts du harcèlement sexuel chez les enfants dans les pays à revenu faible et moyen. Ils recommandent par ailleurs « la mise en place d’un environnement sain et sécuritaire pour assurer la prévention des agressions sexuelles ».

Pour en savoir plus : cliquez ici