Trois quarts des Suisses se disent contre une taxe sur le sucre, le sel ou les aliments gras pour lutter contre le surpoids.

Trois quarts des Suisses se disent contre une taxe sur le sucre, le sel ou les aliments gras pour lutter contre le surpoids.

C’est le résultat du 6e sondage Alimentation et activité physique réalisé par l’institut gfs.bern pour le compte du Groupe d’information Boissons rafraîchissantes (GIBR). Une taxe sur le sucre, le sel ou les aliments gras dans la lutte contre l’obésité est rejetée par 75% des personnes interrogées. La responsabilité individuelle demeure une valeur centrale quand on parle d’alimentation et de sport.
Le GIBR rappelle que le secteur des boissons a réduit la part de sucre dans ses produits de 13% de 2005 à 2015 et qu’une nouvelle réduction « librement consentie » de 7% est prévue d’ici à 2020.