Sur la base des mesures communiquées par son médecin, le président américain conserve un poids élevé mais stable. Il s’agit du troisième examen physique annuel de Trump. Le mois dernier, ses adversaires avaient critiqué sa prise d’hydroxychloroquine et fustigé, à tort, son « obésité morbide ».

Sur la base des mesures communiquées par son médecin, le président américain conserve un poids élevé mais stable. Il s’agit du troisième examen physique annuel de Trump.
Le mois dernier, ses adversaires avaient critiqué sa prise d’hydroxychloroquine et fustigé, à tort, son « obésité morbide ».

Le président américain Donald Trump a pris une livre au cours de la dernière année, mais « reste en bonne santé » selon le médecin de la Maison Blanche. Un docteur Sean Conley qui a également annoncé, le mercredi 3 juin, que le chef de l’Etat n’a subi aucun effet secondaire à la suite de la prise d’hydroxychloroquine pendant deux semaines.
Une « livre » de plus, c’est-à-dire de 450 grammes pour un président qui pèse désormais 110,5 kilos pour 1,90 m. Soit un Indice de masse corporelle (IMC) de 30,49 en très légère augmentation par rapport à février 2019 puisqu’il affichait alors un IMC de 30,4.
S’il reste « cliniquement obèse » comme le disent les médias américains, le président Trump se classe dans la catégorie « obésité modérée » puisque dépassant l’IMC 30, mais reste largement inférieur à l’IMC>35 qui définit l’obésité sévère.



« Le président demeure en bonne santé »

C’est pourtant sur ce terrain que l’avait attaqué, après la mi-mai, sa rivale Nancy Pelosi, la présidente démocrate de la Chambre des représentants (cliquez ici). Elle avait alors estimé que l’absorption d’hydroxychloroquine par le locataire du Bureau ovale n’était « pas une bonne idée ». « Il est notre président et je préférerais qu’il ne prenne pas quelque chose qui n’a pas été approuvé par les scientifiques, particulièrement dans sa catégorie d’âge et, disons, dans sa catégorie de poids, appelée obésité morbide », avait-elle ajouté.
Une erreur d’appréciation que n’avait pas relevé Donald Trump qui aurait pourtant pu lui rappeler qu’en 2019 son IMC se situait à 30,4 et donc en « obésité modérée ». Une situation aujourd’hui similaire puisque la livre supplémentaire prise en un an par le président américain démontre une stabilité de son poids.
Bien que sa tension artérielle continue d’être à la hausse après avoir passé trois ans à la tête du pays, Trump affiche, selon ses médecins, une bulletin satisfaisant. « D’après mes antécédents, mes examens et mes consultations, les données indiquent que le président demeure en bonne santé, a écrit son médecin, le docteur Sean Conley. Dans l’ensemble, le président continue de bénéficier d’une équipe de soins multidisciplinaires pour évaluer et promouvoir sa santé et son bien-être dans l’exercice de ses fonctions de présidence ».