Le jogging régulier, l'escalade, la marche... peuvent aider à lutter contre l'obésité. Ce n'est pas le cas de tous les sports. L'enquête taiwanaise porte sur plus de 18 000 personnes.

Le jogging régulier, l’escalade, la marche… peuvent aider à lutter contre l’obésité. Ce n’est pas le cas de tous les sports. L’enquête taiwanaise porte sur plus de 18 000 personnes.


Pour l’équipe de chercheurs de la National Taiwan University, l’obésité n’est pas une fatalité. Et pratiquer régulièrement des exercices physiques peut permettre de venir à bout d’une prédisposition génétique. Mais attention : tous les types d’exercice ne sont pas aussi efficaces pour bien gérer son poids.
Selon les chercheurs qui ont conduit cette étude auprès de 18 424 adultes âgés de 30 à 70 ans, cinq pratiques en particulier permettent de surmonter les gènes de susceptibilité. Pour définir ces cinq types d’exercice, les chercheurs ont pris en compte cinq mesures de l’obésité : l’indice de masse corporelle (IMC), le taux de graisse corporelle, le tour de taille, la circonférence des hanches et le rapport taille-hanches.
Leur analyse conclut que le jogging régulier est le meilleur type d’exercice pour « gérer » l’obésité selon les cinq items pris en compte ; courir – même sur un tapis roulant- augmente le rythme cardiaque et constitue de surcroît un bon exercice cardiovasculaire ; l’escalade, la marche et la marche rapide, certains types de danse et la pratique du yoga (sur la durée) sont des pratiques presque tout aussi efficaces pour réduire l’IMC chez les personnes prédisposées à l’obésité. Etonnamment, le cyclisme, les exercices d’étirement, la natation et certains types de danse ne permettent pas de neutraliser une prédisposition génétique à l’obésité.
Principale conclusion de cette étude : en matière d’obésité, la génétique n’est pas une fatalité. Autre particularité : cette nouvelle enquête grand format considère plus largement différentes mesures de l’obésité, des mesures par ailleurs étroitement liées au risque de troubles métaboliques. Le jogging et les autres sports indiqués sont donc également suggérés comme efficaces contre le développement du pré-diabète et du diabète, des comorbidités bien connues de l’obésité.


Pour en savoir plus : cliquez ici