Selon des chercheurs du Collège de médecine de l’Université catholique de Corée, les hommes qui passent de longues heures au travail sont plus susceptibles que les autres de développer de l’obésité.

Selon des chercheurs du Collège de médecine de l’Université catholique de Corée, les hommes qui passent de longues heures au travail sont plus susceptibles que les autres de développer de l’obésité.

Si l’adage raconte que le travail est bon pour la santé, trop travailler comporte également des risques. Une étude récente menée en Corée vient de révéler que les hommes qui font de longues heures supplémentaires sont plus susceptibles de se retrouver en situation d’obésité.
Des chercheurs du Collège de médecine de l’Université catholique de Corée ont analysé la corrélation entre les heures de travail et l’obésité pour 2 592 hommes salariés âgés de 19 à 60 ans sur la base des données de l’enquête nationale sur la nutrition sanitaire de 2010 à 2015.
L’équipe de recherche a classé les employés masculins en quatre groupes par heures de travail par semaine : moins de 40 heures, 40 à 49 heures, 50 à 59 heures et plus de 60 heures.



1,4 fois plus susceptibles de se retrouver en situation d’obésité

Pour les besoins de cette étude coréenne, le curseur de l’obésité a été placé à partir d’un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 25.
L’étude a montré que les hommes qui travaillaient de 50 à 59 heures par semaine étaient 1,4 fois plus susceptibles de se retrouver en situation d’obésité que ceux qui travaillaient moins de 40 heures par semaine.
Les hommes qui travaillaient plus de 60 heures par semaine étaient également 1,4 fois plus susceptibles de développer une obésité que ceux qui travaillaient moins de 40 heures par semaine.
L’étude a également révélé que la probabilité d’obésité augmentait chez ceux qui travaillaient de plus longues heures et dormaient moins.



Philippe PALAT

Pour en savoir plus : cliquez ici