Les résultats d’un essai international sur près de 2 000 patients, qui viennent d’être publiés dans le New England Journal of Medicine, montrent que plus d’un tiers des personnes qui ont pris du « sémaglutide » ont perdu plus d’un cinquième de leur poids corporel. Mis au point par le laboratoire Novo Nordisk, ce traitement déjà prescrit contre le diabète est en attente d'approbation par l’Agence européenne du médicament pour lutter contre l’obésité.

Les résultats d’un essai international sur près de 2 000 patients, qui viennent d’être publiés dans le New England Journal of Medicine, montrent que plus d’un tiers des personnes qui ont pris du « sémaglutide » ont perdu plus d’un cinquième de leur poids corporel. Mis au point par le laboratoire Novo Nordisk, ce traitement déjà prescrit contre le diabète est en attente d’approbation par l’Agence européenne du médicament pour lutter contre l’obésité.

« Chez les participants en surpoids ou en obésité, 2,4 mg de sémaglutide une fois par semaine a été associé à une réduction soutenue et cliniquement pertinente du poids corporel ». Les conclusions de l’étude publiée en fin de semaine dernière par le New England Journal of Medicine apparaissent très prometteuses.
En effet, selon une vaste étude impliquant l’University College de Londres, le sémaglutide, déjà utilisé pour lutter contre le diabète de type 2, pourrait « révolutionner » la santé des personnes en situation d’obésité, même si le traitement médical de cette pathologie est encore loin d’être résolu.
Pour les besoins de leur enquête médicale, les scientifiques ont étudié 1 961 personnes en situation d’obésité à travers seize pays, en leur administrant ce médicament. Les patients, qui présentaient un IMC>30, ont suivi un traitement de 68 semaines avec du sémaglutide sous-cutané une fois par semaine.


« Les trois quarts des personnes ayant reçu 2,4 mg de sémaglutide ont perdu plus de 10% de leur poids »

Le semaglutide est une molécule semblable à celle libérée dans le sang par l’intestin après les repas et réduisant la sensation de faim. Cette molécule permet également d’augmenter la sensation de satiété. Un facteur essentiel dans la perte de poids.
« Les trois quarts des personnes ayant reçu 2,4 mg de sémaglutide ont perdu plus de 10% de leur poids corporel et plus d’un tiers ont perdu plus de 20%», a indiqué dans un communiqué Rachel Batterham, co-autrice de cette étude et directrice du Centre de recherche pour l’obésité à l’University College de Londres.
Soumis à un régime alimentaire plus équilibré avec plus d’exercice, les volontaires traités au sémaglutide ont perdu en moyenne 15,3 kilogrammes, contre 2,6 kilogrammes pour ceux ayant reçu le placebo. Une réduction des graisses sanguines, du taux de sucre dans le sang et de la pression artérielle ont été également enregistrées chez les candidats de l’étude. « Une amélioration des facteurs de risque cardiométaboliques et une augmentation plus grande du fonctionnement physique ont été rapportés par les participants », peut-on lire dans l’étude.



Réduire les opérations de chirurgie bariatrique

Si cette découverte est importante, c’est notamment parce que, selon les médecins anglais, aucun autre médicament n’avait permis jusqu’ici une telle perte de poids. Par ailleurs, ce médicament pourrait être un allié face à la maladie et éviter que toute la prise en charge ne tourne autour des régimes ou de l’acte chirurgical.
Selon la chercheuse britannique, « c’est la première fois que les gens peuvent obtenir, grâce aux médicaments, ce qui n’était possible que par la chirurgie amaigrissante », ajoute la scientifique en notant l’importance d’une telle avancée dans l’amélioration de la santé des personnes souffrant d’obésité dans le monde.
Selon les auteurs de l’étude, le semaglutide pourrait permettre de réduire les chirurgies bariatriques, ou pose d’anneau gastrique, visant aussi à réduire la sensation de faim.
Les auteurs de l’étude britannique, affirment que ce médicament n’a provoqué que de légers effets secondaires sur le système digestif, comme des nausées ou des diarrhées. Ces effets se sont estompés dans le temps.
Le fabricant de médicaments Novo Nordisk est actuellement en attente d’approbation par l’Agence européenne du médicament et de son homologue américain de la Food and Drug Administration, ainsi que des autorités sanitaires britanniques.


Philippe PALAT

(1) La Food and Drug Administration (FDA) est l’administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments. Cet organisme a, entre autres, le mandat d’autoriser la commercialisation des médicaments sur le territoire des États-Unis.

Pour en savoir plus : cliquez ici