Les équipes du professeur Naim Khan de l’Université de Bourgogne ont travaillé sur le goût des lipides ressenti par les personnes souffrant d’obésité. Ils ont mis au point un spray qui simule le goût d’un aliment gras comme un leurre. En attendant les tests sur l’Homme, les essais sur les souris sont encourageants.

Les équipes du professeur Naim Khan de l’Université de Bourgogne ont travaillé sur le goût des lipides ressenti par les personnes souffrant d’obésité. Ils ont mis au point un spray qui simule le goût d’un aliment gras comme un leurre. En attendant les tests sur l’Homme, les essais sur les souris sont encourageants.

L’Académie de Médecine a attribué, mardi 15 décembre, le prix « Alimentation Nutrition » au professeur Naim Khan de l’Université de Bourgogne. Selon l’Académie de Médecine qui lui a décerné cette importante distinction, les recherches de cet expert seraient sur le point de bouleverser la lutte contre l’obésité. En effet, ce chercheur établi à Dijon, en Côte-d’Or aurait mis au point un spray capable de modifier les habitudes alimentaires des personnes en surpoids et/ou en situation d’obésité.
Avec son équipe, Naim Khan travaille depuis cinq ans sur la détection orosensorielle – c’est-à-dire la perception des saveurs – des lipides alimentaires en lien avec l’obésité. Partant du postulat que l’Homme régule son alimentation à partir des sensations intervenant en mangeant, le chercheur a constaté que les personnes obèses ressentaient beaucoup de plaisir en consommant du gras. Et afin de retrouver ce plaisir, elles augmentaient continuellement leur consommation de lipides alimentaires.



Des « leurres lipidiques » pour tromper l’impression de satiété

Le professeur Naim Khan a donc décidé de synthétiser des « leurres lipidiques ». En reproduisant le goût du gras, ces « ersatz » devraient déclencher une forte sensation de plaisir entraînant une impression de satiété plus rapide. Et de ce fait réduire la quantité de nourriture consommée par les personnes obèses.
Ces leurres fonctionneraient sur le même principe que les édulcorants qui reproduisent les plaisirs du sucre.
Pour l’heure, les premiers essais réalisés sur des souris seraient encourageants. Les premiers tests réalisés sur des souris montrent que seuls les rongeursobèses diminuent leur prise alimentaire après avoir été exposées au spray. Sur les souris minces, cela ne produit aucun effet.



Bientôt l’interview de l’inventeur sur le site de la Ligue contre l’obésité

Le scientifique dijonnais attend les autorisations nécessaires afin de procéder à des essais cliniques sur l’Homme. Si ces tests s’avéraient concluants, ces « leurres lipidiques » pourraient être commercialisés sous forme de spray. Le spray serait à prendre juste avant les repas par simple pulvérisation buccale.
Afin de mieux comprendre les travaux du professeur Kahn, la Ligue contre l’obésité l’a récemment interviewé. L’entretien paraîtra très prochainement sur le site de la Ligue contre l’obésité (cliquez ici)



Philippe PALAT

Pour en savoir plus : cliquez ici