L’exposition à long terme au bruit de la circulation routière, comme la vie près d’une autoroute ou sur une route très passante associée à une augmentation de l’indice de masse corporelle et de la circonférence de la taille. Une nouvelle étude de l’Université d’Oxford et de l’Université de Leicester sur 500 000 personnes tend à démontrer un lien entre le bruit de la circulation et l’obésité.

L’exposition à long terme au bruit de la circulation routière, comme la vie près d’une autoroute ou en bordure d’une route très passante, est associée à une augmentation de l’indice de masse corporelle et de la circonférence de la taille. Une nouvelle étude de l’Université d’Oxford et de l’Université de Leicester sur 500 000 personnes tend à démontrer un lien entre le bruit de la circulation et l’obésité.

Le bruit des transports est un problème majeur en Europe. Actuellement, plus de 100 millions de personnes vivent dans des zones où le bruit de la circulation routière dépasse les niveaux supérieurs à 55 décibels (dB), le seuil de santé fixé par l’Union européenne. L’Université d’Oxford et l’Université de Leicester ont travaillé sur le sujet et trouvé un lien entre le bruit de la circulation et l’obésité.
Les chercheurs estiment que l’exposition à long terme au bruit de la circulation routière, comme la vie près d’une autoroute ou sur une route à forte circulation, est associée à une augmentation de l’indice de masse corporelle et de la circonférence de la taille, qui sont deux marqueurs clés de l’obésité.



« Le bruit indésirable affecte la qualité de vie et perturber le sommeil »

Publiée mi-août 2020 dans la revue Environmental Research, cette analyse est à ce jour la plus grande étude sur le bruit et l’obésité.
Les auteurs de cette vaste enquête transversale ont examiné les données sur plus de 500 000 personnes de trois biobanques européennes au Royaume-Uni, en Norvège et aux Pays-Bas.
Des liens entre le bruit et le poids ont été trouvés au Royaume-Uni et en Norvège, mais pas dans la cohorte néerlandaise. Bien que l’étude ne soit pas en mesure de confirmer une relation de causalité, les résultats font écho à ceux d’un certain nombre d’études antérieures menées dans d’autres pays européens. « Il est bien connu que le bruit indésirable peut affecter la qualité de vie et perturber le sommeil, explique la co-auteure, le professeur Anna Hansell, directrice du Centre for Environmental Health and Sustainability de l’Université de Leicester. Des études récentes ont soulevé des préoccupations quant au fait qu’il pourrait également influer sur la santé générale, certaines études suggérant des liens avec les crises cardiaques et le diabète. Le bruit de la circulation routière peut augmenter les niveaux de stress, ce qui peut entraîner la prise de poids, en particulier autour de la taille. »



D’autres études en cours sur le bruit des avions

« Sur le plan individuel, s’en tenir à un mode de vie sain demeure une stratégie de premier plan pour prévenir l’obésité », affirme le docteur Yutong Cai, l’un des co-auteurs de l’étude. « Toutefois, au niveau de la population, ces résultats pourraient avoir des répercussions sur les politiques. Les politiques environnementales qui visent à réduire l’exposition au bruit de la circulation peuvent aider à résoudre de nombreux problèmes de santé, y compris l’obésité », reconnaît-il.
Sous la direction du professeur Hansell, des travaux sont en cours pour étudier d’autres sources de bruit au Royaume-Uni, comme le bruit des avions, et ses effets sur les résultats sanitaires.



Réorganiser les villes et les communautés

À l’avenir, les études de suivi à long terme seraient utiles pour fournir plus d’information sur la façon dont la relation entre le bruit et le poids fonctionne.
« Au fur et à mesure que nous sortirons de la crise de la Covid-19, nous encourageons le gouvernement britannique à envisager des politiques qui pourraient mieux gérer la circulation et rendre nos espaces publics plus sûrs, plus propres et plus silencieux, a déclaré le docteur Cai de l’Université d’Oxford. La pollution de l’air est déjà un risque bien connu pour la santé, mais nous avons maintenant de plus en plus de preuves que le bruit de la circulation est un problème de santé publique tout aussi important. »
Pour les chercheurs d’Oxford et de Leicester, le Royaume-Uni devrait saisir cette occasion pour réfléchir à la façon dont la société devrait réorganiser les villes et les communautés afin de soutenir la santé des citoyens et d’obtenir de meilleurs résultats en matière de santé dans l’ensemble de la population.

Pour en savoir plus : cliquez ici