Selon le programme national de mesure des enfants publié en milieu de semaine, l’obésité infantile atteint un niveau record : 23% des élèves âgés de 4 à 5 ans sont concernés, tandis que 35% des élèves de 6e année (10 ans) sont désormais en surpoids ou en situation d’obésité. Ce rapport national a analysé les indices de masse corporelle (IMC) de 890 608 enfants.

Selon le programme national de mesure des enfants publié en milieu de semaine, l’obésité infantile atteint un niveau record : 23% des élèves âgés de 4 à 5 ans sont concernés, tandis que 35% des élèves de 6e année (10 ans) sont désormais en surpoids ou en situation d’obésité. Ce rapport national a analysé les indices de masse corporelle (IMC) de 890 608 enfants.

On savait déjà que l’obésité frappait sévèrement les adultes anglais. Cette fois-ci, à la lumière du programme national de mesure initié par le gouvernement britannique, ce sont les chiffres de l’obésité infantile qui explosent littéralement. Près d’un quart des enfants des classes d’accueil (23%), c’est-à-dire les élèves âgés de 4 et 5 ans et 35% des élèves de 6e année – ce qui correspondant à l’âge de 10 ans – sont désormais en surpoids ou en situation d’obésité. Soit 1 élève sur 3 !
Cette nouvelle étude publiée par la NHS digital (1) très inquiétante confirme malheureusement les données des années précédentes.
Sur le sujet précis de l’obésité, le programme national de mesure des enfants du gouvernement a, en effet, constaté que la prévalence de l’obésité chez les enfants de 6e année était passée de 20,2% en 2018/2019 à son taux le plus élevé jamais atteint de 21% en 2019/2020.
Pour les enfants d’accueil – âgés de 4 et 5 ans – la prévalence de l’obésité a atteint son niveau le plus significatif depuis 2006/2007, avec 9,9% d’élèves dans cette catégorie.
L’étude démontre également que les garçons ont une prévalence d’obésité plus élevée que les filles dans les deux groupes d’âge.



23,6 % des garçons de 10 ans souffrent clairement d’obésité

Le rapport national a analysé les indices de masse corporelle (IMC) de 890 608 enfants des classes d’accueil et de 6e année dans les écoles publiques ordinaires. Il contient des analyses des taux de classification de l’IMC par âge, sexe et origine ethnique ainsi que des analyses géographiques.
Sur l’ensemble du panel, 10,1% des garçons sont en situation d’obésité contre 9,7% des filles.
Pour la seule 6e année (10 ans), 23,6% des garçons souffrent d’obésité contre 18,4% des filles.
Les résultats montrent que 13,3% des enfants âgés de 4 et 5 ans vivant dans les zones les plus défavorisées étaient en situation d’obésité contre 6% de ceux vivant dans les zones les moins défavorisées.
L’étude a également montré que 27,5% des enfants de 6e année âgé de 10 ans vivant dans les zones les plus défavorisées étaient atteints d’obésité, contre 11,9% vivant dans les zones les moins défavorisées.



« Chaque année, ces données sur le surpoids et l’obésité infantiles augmentent »

Selon Sidonie Sakula-Barry, responsable de la promotion de la santé du World Cancer Research Fund, « chaque année, ces données sur le poids des enfants sont publiées et chaque année, le surpoids et l’obésité infantiles augmentent. Cette tendance ne changera pas à moins que notre engagement à mettre fin à l’obésité infantile ne soit motivé par l’action du gouvernement, de l’industrie alimentaire et du public pour rendre des aliments plus sains abordables et accessibles à tous. Ce n’est pas un hasard si les taux d’obésité sont deux fois plus élevés dans la plupart zones défavorisées par rapport aux moins démunies ». Avant d’ajouter : « Tant que nous ne le ferons pas, l’obésité restera élevée, augmentant le risque de cancer chez nos enfants à l’âge adulte. »


Philippe PALAT


(1) La National Health Service (NHS) est le système de la santé publique du Royaume-Uni.

Pour en savoir plus : cliquez ici et ici