Suite aux cas thromboses repérées en Europe, la Haute Autorité de santé préconise de passer à un rappel à ARN messager pour celles et ceux ne font plus partie de la cible vaccinale d’AstraZeneca. Mais l’Organisation mondiale de la santé ne cautionne pas...

Suite aux cas thromboses repérées en Europe, la Haute Autorité de santé préconise de passer à un rappel à ARN messager pour celles et ceux ne font plus partie de la cible vaccinale d’AstraZeneca. Mais l’Organisation mondiale de la santé ne cautionne pas…

Les personnes de moins de 55 ans ayant déjà reçu une première dose d’AstraZeneca se verront administrer une deuxième dose d’un vaccin différent. Comprendre : pour leur deuxième injection, ces personnes se verront proposer soit un vaccin Pfizer-BioNTech ou Moderna, c’est-à-dire utilisant la technologie de l’ARN messager.
C’est la Haute autorité de santé qui a fait part de cette recommandation, dans un avis publié ce vendredi 9 avril.
Le 19 mars, les autorités sanitaires avaient suspendu la vaccination avec AstraZeneca pour les personnes de moins de 55 ans. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a jugé cette décision « cohérente ».
La première dose d’AstraZeneca a déjà été administrée à 533 302 personnes de moins de 55 ans, entre le samedi 6 février et le samedi 13 mars.
Cette seconde injection concerne en premier lieu les soignants, auquel l’accès au vaccin d’AstraZeneca a été ouvert le 6 février dans des centres de vaccination. « C’était une décision très attendue par les professionnels de santé, ils nous interrogent quotidiennement, souligne Jacques Battistoni, président de la Fédération française des médecins généralistes. Ces soignants de 30 ans, 40 ans qui ont reçu une première dose d’Astrazeneca souhaitent savoir comment ils vont faire leur rappel. »



Des personnes souffrant d’obésité vaccinées avec AstraZeneca chez leur médecin généraliste

Toutefois, les soignants ne sont pas les seuls à avoir reçu la première dose du vaccin AstraZeneca. « Pour ce qui est du grand public, nous avons vacciné un nombre limité de nos patients de 50 à 54 ans », pointe Jacques Battistoni.
L’arrivée du vaccin d’Astrazeneca dans les cabinets en ville, le 25 février (https://liguecontrelobesite.org/actualite/4191/), avait d’abord concerné les personnes atteintes de comorbidités entre 50 et 64 ans (puis au-delà), mais les médecins ont souvent commencé par leurs patients les plus avancés dans cette tranche, l’âge constituant l’un des premiers facteurs de risques. Conséquence : une certain nombre de patients en situation d’obésité – difficile à ce jour d’en connaître le chiffre exact- ont reçu une première dose du vaccin AstraZeneca. Eux aussi devront recevoir désormais une seconde dose signée Pfizer-BioNTech ou Moderna. Car, selon la Haute autorité de santé, « la protection conférée par une seule dose de ce vaccin diminuant avec le temps, il est nécessaire de compléter la protection vaccinale des 500 000 personnes de moins de 55 ans qui ont reçu une première dose du vaccin d’AstraZeneca ». Et la Haute autorité de santé de recommander aujourd’hui de compléter le schéma vaccinal pour cette population avec un vaccin à ARNm dans un délai de 12 semaines après la première injection.



Selon l’OMS, « l’interchangeabilité des vaccins ne peut être recommandé à ce stade »

C’est à la suite de la révélation de plusieurs événements thromboemboliques de localisations inhabituelles et du signal rapporté par l’Agence européenne du médicament que la Haute autorité de santé estime qu’il faut désormais réserver Vaxzevria (AstraZeneca) aux personnes âgées de plus de 55 ans.
Quant à la décision de la France de mélanger deux vaccins, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué, toujours le vendredi 9 avril 2021, qu’elle ne pouvait pas faire de recommandation sur un changement de vaccin anti-Covid entre deux doses, faute de « données adéquates ». « Il n’y a pas de données adéquates pour dire si c’est quelque chose qui peut être fait (…) L’interchangeabilité des vaccins n’est pas quelque chose qu’on peut recommander à ce stade ».



Philippe PALAT

Pour en savoir plus : cliquez ici