Moins de vingt-quatre heures après après l’Irlande, la revue The Lancet a publié, le 18 janvier 2021, des informations concernant la priorisation de plusieurs groupes de personnes pour recevoir des vaccins. Parmi eux : les personnes souffrant de diabète de type 1 et 2, souvent accompagnée de l’obésité, en raison d’une plus grande morbidité et mortalité due à la Covid-19.

Moins de vingt-quatre heures après l’Irlande, la revue The Lancet a publié, le 18 janvier 2021, des informations concernant la priorisation de plusieurs groupes de patients pour recevoir le vaccin. Parmi eux : les personnes souffrant de diabète de type 1 et 2, souvent accompagnée de l’obésité, en raison d’une plus grande morbidité et mortalité due à la Covid-19.

Les médecins irlandais ont ouvert la brèche le dimanche 17 janvier. En lançant un appel d’urgence à la vaccination des plus vulnérables en raison des risques d’hospitalisation massive et de mortalité, les médecins de l’Irish Society for Clinical Nutrition and Metabolism (IrSPEN) ont alerté l’opinion mondiale sur la nécessité de prioriser la vaccination des personnes atteintes de diabète et d’obésité (cliquez ici).
Moins de vingt-quatre après l’appel venu de d’Irlande, c’est au tour de la très sérieuse revue The Lancet de publier un article sur le même sujet. « Avec la disponibilité des vaccins anti-Covid-19, un défi crucial est la priorisation des groupes de personnes pour recevoir des vaccins qui seront en quantité limitée pendant un certain temps », précise d’emblée la revue scientifique sous la plume du professeur Robert H Eckel, de la division d’endocrinologie, métabolisme et diabète et division de l’Université du Colorado, aux États-Unis. Et l’auteur d’indiquer que « plusieurs rapports cliniques ont décrit une plus grande morbidité et mortalité de Covid-19 chez les personnes avec le diabète, souvent accompagnée de l’obésité ».



Diabète 1 et 2, même vulnérabilité face à la Covid-19

Selon la revue, aux Etats-Unis, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) classent actuellement le diabète de type 1 et de type 2 différemment en termes de risque de maladie grave de la Covid-19, les personnes atteintes de diabète de type 2 étant considérées comme « à risque accru de maladie grave » et celles atteintes de diabète de type 1 classées comme « à risque accru ».
Plusieurs études récentes ont largement montré que les personnes atteintes de diabète de type 2 et celles atteintes de diabète de type 1 sont plus vulnérables aux maladies graves causées par la Covid-19 que les personnes non diabétiques.



Pour un changement dans la catégorisation

Si la gravité de la maladie et le risque de mortalité ne font plus de doute en cas de diabète et d’obésité, une étude récente basée sur la population en Écosse démontre que le risque de Covid-19 traité en unité de soins a été augmenté pour les deux types de diabète. « Ces résultats devraient inciter les CDC et d’autres responsables de l’évaluation des risques à réviser immédiatement la priorisation de la vaccination en plaçant les personnes atteintes de l’une ou l’autre forme de diabète dans la même catégorie à risque élevé », rappelle l’endocrinologue américain.
Selon The Lancet, un tel changement dans la catégorisation des risques placerait de 1 à 6 millions de personnes atteintes de diabète de type 1 aux États-Unis dans la même catégorie de hiérarchisation que celles atteintes de diabète de type 2 et d’autres affections à haut risque, dont l’obésité.



Philippe PALAT


(1) Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention ou CDC) forment ensemble la principale agence fédérale des États-Unis en matière de protection de la santé publique. Ces centres produisent des informations dans le but d’améliorer les décisions gouvernementales en matière de santé.

Pour en savoir plus : cliquez ici