Contrairement aux patients atteints de maladies reconnues comme Affections longue durée (ALD), les personnes souffrant d’obésité ne peuvent bénéficier de la gratuité du vaccin contre la grippe qu’à la condition d’afficher un IMC>40. Mais ce n’est pas si simple...

Contrairement aux patients atteints de maladies reconnues comme Affections longue durée (ALD), les personnes souffrant d’obésité ne peuvent bénéficier de la gratuité du vaccin contre la grippe qu’à la condition d’afficher un IMC>40. Mais ce n’est pas si simple…

Au pays de Kafka, on y voit plus clair. Car aujourd’hui souffrir d’obésité en France et vouloir se faire vacciner contre la grippe, c’est comme pénétrer dans un très épais brouillard médico-administratif. Certes, on peut sortir vainqueur de ce parcours du combattant, à condition d’avoir de la patience et d’accepter quelques frais.
D’abord le contexte. Dans le cadre de la crise de la Covid-19, les autorités sanitaires françaises recommandent, plus particulièrement cette année, aux personnes souffrant d’obésité de se faire vacciner contre le grippe.
Mais, à ce jour, le vaccin est gratuit et le bon de prise en charge arrive directement dans leur boîte aux lettres, seulement pour les personnes âgées de plus de 65 ans et celles souffrant de maladies qui entrent dans la liste des affections longue durée (ADL).
En revanche, les personnes souffrant d’obésité, elles, ne reçoivent pas ce sésame. Pourquoi ? Parce que l’obésité n’est toujours pas reconnue comme une affection de longue durée..



Objectif : vacciner 75% des personnes à risque

Là où le dossier se complique, c’est que cette même Sécurité sociale veut absolument que les personnes atteintes d’obésité soient vaccinées. 20 mai dernier sur le site de la Haute autorité de santé (HAS) pour s’en rendre compte », explique Agnès Maurin, la directrice confondatrice de la Ligue contre l’obésité (cliquez ici)
En effet, dans son avis concernant le maintien de la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2020/2021 dans le contexte de l’épidémie de COVID-19 en France, l’HAS souligne « l’importance des campagnes de promotion de la vaccination antigrippale afin d’augmenter la couverture vaccinale qui reste insuffisante en France et très éloignée de l’objectif de 75 % des personnes à risque ». Des personnes à risque face à la Covid-19 parmi lesquelles un très grand nombre de personnes atteintes d’obésité…»



Les IMC>40 ne reçoivent pas le bon de prise en charge

Mieux : dans son travail bien légitime de prévention, et sur la base des recommandations de l’HAS, la Sécurité sociale a écrit aux professionnels de santé dés le démarrage de la campagne de vaccination contre la grippe afin qu’ils incitent les personnes à risque à se faire vacciner en priorité. Parmi elles, les personnes en situation d’obésité avec un IMC>40 (1).
Problème : comment ces patients peuvent-ils se faire vacciner gratuitement puisqu’ils ne font pas partie de la liste des ADL et donc ne reçoivent pas le fameux bon de prise en charge ?
Une seule solution s’offre à eux : se rendre chez le médecin ou un infirmier libéral, avec peut-être l’obligation de payer une consultation afin obtenir auprès de lui un bon de prise de charge vierge téléchargé sur Amelipro, le service réservé aux professionnels de santé.



Deuxième rendez-vous, deuxième dépense

Une fois le bon de prise en charge gratuit en poche, les patients en IMC>40 peuvent enfin obtenir le vaccin auprès de la pharmacie. Reste plus qu’à l’inoculer. Nouvelle difficulté : qui vaccine ?
Le pharmacien ? Certes, si cela est possible dans certaines offices, cela est loin d’etre généralisé.
Donc, rendez-vous chez son médecin pour la deuxième fois. Nouvelle consultation, nouvelle dépense pour les personnes souffrant d’obésité avec un IMC>40.
Quant à toutes les autres personnes atteintes d’obésité avec un IMC entre 30 et 40, circulez y’a rien à voir : le vaccin payant. Bien qu’ils fassent partie « des personnes à risque » reconnaît la Haute autorité de santé…



Philippe PALAT

(1) Avis n° 2020.0034/AC/SEESP du 20 mai 2020 du collège de la Haute Autorité de santé relatif au maintien de la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière : « Les personnes obèses avec un indice de masse corporelle (IMC) égal ou supérieur à 40 kg/m2, sans pathologie associée ou atteintes d’une pathologie autre que celles citées ci-dessus. »