Pour la première fois, la Journée mondiale unifiée contre l’obésité fédèrera, le mercredi 4 mars 2020, toutes les forces qui, au plan international, luttent contre la maladie. En France, la Ligue contre l’obésité créée en 2014 à Montpellier, organise une quinzaine d’événements, dont 12 marches dans 12 grandes villes.

Pour la première fois, la Journée mondiale unifiée contre l’obésité fédèrera, le mercredi 4 mars 2020, toutes les forces qui, au plan international, luttent contre la maladie. En France, la Ligue contre l’obésité créée en 2014 à Montpellier, organise une quinzaine d’événements, dont 12 marches dans 12 grandes villes.

Jour J moins 6 avant le grand jour. Mercredi 4 mars 2020, la première Journée mondiale unifiée contre l’obésité donnera de la résonance à une maladie qui touche près de 2 milliards d’individus sur la planète.

A l’initiative de la World Obesity Fédération et de l’European association for the Study of Obesity (EASO), ce rendez-vous international permettra à des centaines de structures et d’associations à travers le monde d’apporter une autre vision de la maladie et de combattre les préjugés. « Les personnes souffrant d’obésité sont constamment honteuses et blâmées pour leur maladie, peut-on lire sur le site du World Obesity Day. C’est parce que beaucoup de gens – y compris les médecins, les décideurs, etc. – ne comprennent pas que l’obésité est une maladie chronique. Ils y voient un simple manque de volonté, de paresse ou un refus de « manger moins et de bouger plus ». Mais comme toutes les maladies chroniques, les causes profondes de l’obésité sont beaucoup plus profondes. Elles peuvent être génétiques, psychologiques, socioculturelles, économiques et environnementales. Il est temps de briser le cycle de la honte et du blâme et de réévaluer notre approche pour lutter contre cette maladie chronique complexe qui touche plusieurs millions de personnes dans le monde. » Et les promoteurs de cette journée d’appeler les organisations du monde entier à faire pression pour obtenir des solutions complètes, durables, un traitement efficace et une responsabilité collective pour faire face à cette épidémie. L’appel est lancé : « Ensemble, nous pouvons nous attaquer aux répercussions personnelles, sociétales et économiques de l’obésité. »

Du Portugal au Nigéria en passant par l’Azerbaïdjan et le Liban

Dans chaque pays, de multiples animations seront organisées le 4 mars. Près de nous, au Portugal, un atelier intitulé « L’obésité à l’interface de la neuroscience et de la physiologie »permettra de faire point sur les progrès récents dans les sciences fondamentales et translationnelles de l’obésité. On y évoquera aussi la formation universitaire sur l’obésité.
Aux Etats-Unis, de nombreux événements sont prévus. En Floride, par exemple, on débattra sur le thème « Comment les médias sociaux ont influencé la législation sur l’obésité ». Dans le Mississippi, une conférence abordera le traitement et la prévention de l’obésité et du diabète de type 2.
Sur le continent africain, le Nigéria souhaite lancer un engagement sur les réseaux sociaux dans le but d’informer les gens sur « le fardeau de l’obésité dans la société nigériane ». Cette stratégie vise aussi à renseigner la population sur les bons aliments pour maintenir la santé et le bien-être.
Autre initiative : l’Académie de la nutrition, de la diététique et de la prévention de l’obésité d’Azerbaijan organisera à Bakou une conférence en présence de chercheurs, de médecins et d’éducateurs afin d’échanger des données de recherche, des expériences pratiques et des idées novatrices sur les questions liées à l’obésité et à la perte de poids.
En Grèce, une équipe multidisciplinaire de spécialistes informera sur l’obésité les employés de l’aéroport international d’Athènes. À Kiev, en Ukraine, des endocrinologues tiendront une conférence de presse pour informer la société au sujet de l’obésité et des moyens de la prévenir. Au Liban, l’entreprise Catalyst lancera une série de formations accréditées pour les diététiciens du Moyen-Orient (Liban, Jordanie, Koweït, EAU, KSA, Bahreïn et Oman) afin d’améliorer leurs compétences cliniques. Objectif : mieux gérer les patients obèses, réduire efficacement leur poids et le maintenir.

Un coup d’accélérateur lancé depuis Montpellier

En France, sous l’impulsion de la Ligue contre l’obésité créée il y a six ans à Montpellier, on comptera pas moins d’une quinzaine d’événements. Parmi eux : l’organisation de 12 marches dans 12 villes de France (Paris, Bordeaux, Villefranche-sur-Saône, Toulouse, Rouen, Lille, Montpellier, Valence, Villecresnes, Nantes, Saint-Nazaire, Nice).
Chaque rendez-vous rassemblera plusieurs dizaines de participants. Un tirage au sort organisé à l’issue des marches permettra de gagner des lots connectés offerts par l’entreprise Withings, partenaire de l’opération française.
Deux autres opérations « Information et prévention de l’obésité » sont programmées à Lyon et Aubagne.
Un site internet dédié à cette Journée mondiale unifiée contre l’obésité a été créée (Cliquez ici). A travers des articles et des vidéos, on y trouve toutes les informations concernant la maladie et la stratégie d’accompagnement de la Ligue contre l’obésité.
Parallèlement, la Ligue contre l’obésité dévoilera, le 4 mars 2020, les résultats d’un sondage sur « Le regard des Français et l’obésité ». L’occasion de mieux comprendre ce que nos concitoyens savent de l’obésité, de connaître leur point de vue et les préjugés à l’égard des personnes souffrant de la maladie. Une pathologie complexe très mal connue, flanquée de discours pré-établis et trop peu soutenue par la recherche. C’est dire si la difficulté à développer des solutions durables pour endiguer ce fléau et le lourd fardeau de la stigmatisation nécessitent, plus que jamais, l’engagement de toutes et de tous.

Pour en savoir plus : Cliquez ici et ici